Château de Raymontpierre

Accroché au Mont-Raimeux, à près de 900 mètres d'altitude, à l'est de Moutier, le château de Raymontpierre regarde le Jura qui s'étire jusqu'à Bâle. Bien que son isolement escarpé le rende comparable au château de Beroldingen, Raymontpierre ne présente pas la moindre origine médiévale, et fut bel et bien construit au terme du 16e siècle.

C'est le descendant d'une vieille souche delémontaise, Georg Huge (décédé en 1608), qui fit construire cette maison seigneuriale: il voulait se consacrer à l'administration des bois et des pâturages environnants qu'il tenait en fief du prince-évêque Jakob Christoph Blarer von Wartensee et souhaitait pouvoir, à ses heures perdues, s'adonner aux plaisirs de la chasse. Il faut rappeler que les princes-évêques bâlois, tenus depuis la Réforme en exil à Porrentruy, étaient obligés de confier à leurs preux vassaux le soin de remettre sur pied leur puissance politique et économique. Ainsi, le seigneur de Raymontpierre avait été chargé d'assurer le bon déroulement de l'abat d'arbres au Mont-Raimeux, dont le bois alimentait les fonderies épiscopales de la vallée de la Birse et du Sornetal. En 1609, Anna Huge, fille du susnommé Georg, se maria avec Hans Jakob von Staal (1589-1657) événement qui annonçait la vente du domaine à la dynastie soleuroise des von Staal. Hans Jakob von Staal, futur banneret et avoyer, qui restera la personnalité la plus marquante de Raymontpierre, s'attira beaucoup d'ennemis dans sa ville natale de Soleure pour avoir défendu une attitude hostile à la France, ce qui explique qu'il se retirait volontiers dans son château jurassien ou à Delémont. Le prince-évêque voyait tout cela d'un très bon oeil: il pensait bien avoir trouvé à Raymontpierre un avant-poste prêt à faire face aux projets expansionnistes de la Berne réformée. En 1623, la totalité du domaine passa à Hans Jakob von Staal et à son frère Justus. Le nom des von Staal lui restera attaché jusqu'en 1809. En 1944 enfin, après plusieurs mutations, le château fut acquis par la fabrique Dozière SA de Delémont qui entreprit de le rénover.